« Sept à huit »: Sommaire du dimanche 15 septembre 2013

Benoit Mandin 15 septembre 2013 à 11:30 0

Ce dimanche 15 septembre à 18h05, TF1 proposera un nouveau numéro de « Sept à huit ». L’émission présentée par Harry Roselmack proposera une enquête sur Louis Le Duff, le roi du sandwich. 

« Sept à huit »: Sommaire du dimanche 15 septembre 2013

- Braquage fatal: Mercredi dernier, un bijoutier de Nice tire sur le braqueur qui vient de le cambrioler. Le voleur décède. Légitime défense, ou volonté de se faire justice soi-même ? Le commerçant du centre-ville a été interpellé avant d’être placé en garde en vue. Enquête sur cette affaire qui a suscité une grande émotion à Nice, ce hold-up étant le dernier d’une série de braquages dans la région.

- Le roi du sandwich: C’est une success-story à la française, celle d’un petit paysan breton, fils de maraîchers, devenu la 63ème fortune du pays, avec une idée simple et révolutionnaire : au début des années 70, Louis Le Duff a introduit en France le concept de restauration rapide, sur le modèle américain, en remplaçant le hamburger par le traditionnel jambon-beurre. La « Brioche dorée » est ainsi née à Brest et aujourd’hui à 66 ans, Louis Le Duff dirige une multinationale agro-alimentaire, qui emploie notamment 6.000 personnes en France et 12.000 aux Etats-Unis.

- La cible: En juin 2007, Karim Achoui, connu pour être l’avocat du milieu, est victime d’une tentative d’assassinat en sortant de son cabinet parisien. L’homme est grièvement blessé. S’agit-il d’un règlement de compte familial (son ex-beau-père est un ancien commissaire de police) ou d’un ancien client mécontent qui appartiendrait au grand banditisme ? La police s’aperçoit que cet avocat sulfureux compte beaucoup d’ennemis. Cinq ans plus tard, six hommes se retrouvent sur le banc des accusés, tous issus de la pègre, mais selon Karim Achoui, ils ne seraient pas les vrais commanditaires…

- Courses express: Une famille sur cinq y a déjà eu recours. En à peine dix ans, le « Drive » s’est imposé comme la nouvelle façon de faire ses courses. Les clients passent commande sur Internet et récupèrent leurs achats directement à la sortie du magasin sans avoir à pousser le caddie dans les rayons. Pour répondre à la demande, les enseignes se sont lancées dans une frénésie d’ouvertures (il y a aujourd’hui 2.300 « drive » en France, plus que d’hypermarchés…). Un succès qui donne des idées à d’autres : aujourd’hui, même les agriculteurs s’y mettent pour écouler leurs produits.

- Les petites mains de Naples: A 11 ans, Luisa est femme de ménage. Vincenzo, 9 ans, vend des produits cosmétiques, et Giovanni, 12 ans, vend de l’ail avec son oncle dans la rue. A Naples, ces enfants de familles pauvres ne vont plus à l’école, mais se voient contraints de travailler pour aider leur famille. Avec la crise, le phénomène est de plus en plus visible alors que dans la région de Naples, une famille sur quatre vit sous le seuil de pauvreté.

- Chasseurs de vent: C’est la première machine volante de l’histoire. Deux-cents  ans après son invention, la montgolfière fascine encore toute une communauté de passionnés. Myriam Alma, Paul Labrosse et Vincent Barral ont suivi Guillaume l’ingénieur et Jean-Luc, le fleuriste à l’occasion du meeting de Chambley, un des plus grands rassemblements de « balloneux » au monde. Frissons et vues spectaculaires garantis à 400 mètres au-dessus de la campagne lorraine.

- L’ombre et la lumière: Il a perdu la vue brusquement à l’âge de six ans, au cours d’un banal jeu d’enfants qui a tourné au drame. Aujourd’hui, Didier Roche, 42 ans, est chef d’entreprise, il emploie une centaine de salariés, dont beaucoup d’handicapés ou de non-voyants. C’est lui qui a lancé le concept étonnant de ces restaurants, de Londres à Paris, où les clients mangent « dans le noir » et sont servis par des aveugles. Pour la première fois, ce patron atypique revient avec Thierry Demaizière sur ce drame qui a bouleversé sa vie, mais aussi celle de sa famille. Comment s’est-il adapté au monde extérieur après être devenu aveugle, que lui reste-il des couleurs, des formes, des visages qu’il voyait avant le drame ? Comment a-t-il su surmonter son handicap pour réussir professionnellement ? C’est le portrait de la semaine par Thierry Demaizière et Léo Monnet.

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on RedditShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedIn

Donnez votre avis »


1 − = null